Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mot du président

 En 2005, 60 ans après l’inauguration du lycée en baraques sur la place de l’Harteloire, entourée des ruines de la ville anéantie, Claude Spagnol, Jean-René Berthemet, encouragés par le souhait d’Edouard Landrain, député de Loire-Atlantique, lancent l’initiative de la création d’une association des anciens élèves de cet établissement hors normes.

Un article dans le Télégramme, l’exploitation d’une première liste établie en faisant appel aux souvenirs de quelques-uns uns, permirent de réunir en assemblée générale constitutive, le 30 septembre 2005, une soixantaine de membres.

 Depuis, l’organisation de deux sorties, l’une en avril 2006 à Kerhuon, l’autre en août au Faou, à laquelle ont pu se joindre des anciens ayant quitté la région, mais qui lui restent fidèle pour la période estivale, ont permis d’élargir le recrutement et de tracer un programme d’actions dans lesquelles l’association pourrait s’impliquer, conformément à ses statuts.

Mais l’association dont le but est la convivialité retrouvée, ne sera active et vivante que si ses différents membres sont prêts, notamment à partir de ce site informatique, à apporter leur contribution à cet intérêt de se retrouver et d’échanger  les souvenirs communs malgré le temps qui nous a séparé.

 

 

 

 

 

 

                                 Albert LAOT

Recherche

Conseil d'admin

Président: Albert Laot
Vice-président: Claude Spagnol
Secrétaire: Yvette Prigent
Trésorier: René-Louis Guiavarch
Trésorier adjoint:: Jean-René Poulmarc'h
Courrier: Annick Blaise
Membres:
Jean-Noël Berthemet
Daniel Gravot

René L'hostis
Bernard Oliveau
Michelle Péron-Pochet
Jeanne Romeur

Archives

18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 11:10

SAIN DE CORPS ET D’ESPRIT

Bible et santé

 

 

 

 

 

LA NUIT PORTE CONSEIL

 

     L’autre jour un consultant remarque sur mon bureau une Bible :

 “-Vous un psychiatre, vous lisez la Bible ?

-Non seulement je la lis mais je la relis et je l’étudie. Si tous les patients faisaient comme moi, un grand nombre de psychiatres pourraient fermer boutique et aller à la pêche.”

     Ce dialogue surprenant s’échange entre un thérapeute très connu en Amérique, où il a créé l’institution “Religion et foi chrétienne”, et un de ses patients, dévoré d’angoisse, de culpabilité et d’insomnie rebelle.

     “-Comment cela se peut-il ?”

Pour toute réponse, le médecin prend la Bible et l’ouvre sur une des épîtres de saint Paul aux Éphésiens :

    “-Juste quatre mots : Having done all stand”.

     Traduits en français, cela fait un peu plus, mais le sens est le même. À peu près ceci : “Laissez tomber, demain cela ira mieux. Inutile, Monsieur, de creuser dix fois le même sillon, de tourner en rond. Laissez votre inconscient résoudre le problème”.

     “Inconscient”, le terme est terriblement moderne. On peut sourire ou s’indigner. Que vient faire le génial Freud dans cette galère biblique ? Et pourtant si le mot est moderne, la chose ne l’est pas, aussi vieille que l’humanité. L’inconscient est la partie immergée d’un iceberg dont la partie visible est la conscience. Quels que soient les soucis qui nous hantent, ils sont conscients et provoque une tension nerveuse qui vient bloquer le libre cours de l’énergie créatrice de notre inconscient. Le génial Freud n’a fait qu’habiller de jargon scientifique une réalité connue depuis trois millénaires. La sagesse des nations et la sagesse de la Bible marchent du même pas. Celle-ci dit : “à chaque jour suffit sa peine” et l’autre : “la nuit porte conseil”. Autrement dit, bonnet blanc et blanc bonnet. La science du XXième siècle apporte une terminologie ésotérique là où les Prophètes parlent en allégories et envolées lyriques.

     Des siècles avant Freud, ces Prophètes enseignaient que le Royaume de Dieu, contrairement à l’opinion générale, n’est pas au-dessus des nuages, hors de l’espace et du temps mais parmi nous, à l’intérieur de nous. Et surtout qu’il n’est pas une promesse de bonheur ineffable. Il est ici et maintenant et c’est un champ de bataille où le bien se mesure avec le mal, les vertus avec les vices et pour parler plus simplement, les forces d’amour avec les pulsions de haine et d’hostilité.

 

NE LAISSE PAS LE SOLEIL SE COUCHER SUR TA COLÈRE

 

     Le vrai Dieu n’est pas un dieu qui fait peur et dont il faut apaiser le courroux  mais un dieu d’amour. La peur la plus archaïque de l’être humain, présente chez ‘enfant qui s’essaie à ses premiers pas, est celle de tomber. Savoir qu’on est aimé a pour effet de donner confiance. Savoir, comme il est écrit au livre des Proverbes, que derrière nous il y a deux bras qui, éternellement, préviendront cette chute, dissipe cette peur. Et, avec plus de poésie, Isaïe nous apprend que “ceux qui comptent sur le Seigneur renouvelleront leurs forces et s’envoleront comme des aigles”.

     Plus près de nous, c’est le Nouveau Testament. La clé de voûte de la morale chrétienne est …“d’aimer son prochain comme soi-même”. Autrement dit, il fallait y penser, aime-toi toi-même. Ne fais pas comme de trop nombreux consultants de ce millénaire finissant qui hantent les cabinets des psychothérapeutes

. Ils ont perdu l’estime de soi et gagné un sentiment insurmontable d’infériorité et de culpabilité.

     Comme on le voit, les conseils pour mieux vivre ne manquent pas chez les auteurs sacrés. Et en point d’orgue cet admirable commandement : “Ne laisse pas le soleil se coucher sur ta colère”. Les victimes d’une agression, d’une torture morale ou physique ont devant elles trois voies possibles : l’oubli, le pardon ou la vengeance. Contrairement à La Fontaine qui disait que la vengeance est un morceau de roi et au dicton populaire qui en fait un plat à manger froid, la sagesse suprême montre qu’elle est surtout un plat qui empoisonne mortellement et le consommateur et le préparateur.

     Et en conclusion écoutons saint Jean. Ce qu’il dit mériterait d’être affiché dans les salles d’attente des cabinets de psychanalystes : “Quand vous connaîtrez la vérité, la vérité vous rendra libres”

 

                    H J Turier  Brest le 23 février 2011

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents

Toutes Les Photos