Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mot du président

 En 2005, 60 ans après l’inauguration du lycée en baraques sur la place de l’Harteloire, entourée des ruines de la ville anéantie, Claude Spagnol, Jean-René Berthemet, encouragés par le souhait d’Edouard Landrain, député de Loire-Atlantique, lancent l’initiative de la création d’une association des anciens élèves de cet établissement hors normes.

Un article dans le Télégramme, l’exploitation d’une première liste établie en faisant appel aux souvenirs de quelques-uns uns, permirent de réunir en assemblée générale constitutive, le 30 septembre 2005, une soixantaine de membres.

 Depuis, l’organisation de deux sorties, l’une en avril 2006 à Kerhuon, l’autre en août au Faou, à laquelle ont pu se joindre des anciens ayant quitté la région, mais qui lui restent fidèle pour la période estivale, ont permis d’élargir le recrutement et de tracer un programme d’actions dans lesquelles l’association pourrait s’impliquer, conformément à ses statuts.

Mais l’association dont le but est la convivialité retrouvée, ne sera active et vivante que si ses différents membres sont prêts, notamment à partir de ce site informatique, à apporter leur contribution à cet intérêt de se retrouver et d’échanger  les souvenirs communs malgré le temps qui nous a séparé.

 

 

 

 

 

 

                                 Albert LAOT

Recherche

Conseil d'admin

Président: Albert Laot
Vice-président: Claude Spagnol
Secrétaire: Yvette Prigent
Trésorier: René-Louis Guiavarch
Trésorier adjoint:: Jean-René Poulmarc'h
Courrier: Annick Blaise
Membres:
Jean-Noël Berthemet
Daniel Gravot

René L'hostis
Bernard Oliveau
Michelle Péron-Pochet
Jeanne Romeur

Archives

23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 14:18

HYMNE À L’ARBRE

Le 15 novembre 2009 s’est déroulée dans le vallon du Restic à Lambézellec, un quartier de Brest, une randonnée pas comme les autres. Jacques Perennès, bien connu des membres de l’ARBL dont il a été longtemps l’animateur, a jugé bon d’associer à l’exercice sportif (12 km) une cérémonie tout ce qu’il y a de plus “écolo”. Il a planté deux arbres symboliques. Quelle drôle d’idée ! Des arbres de la Liberté comme aux premiers temps de la Révolution ? Pas du tout. Des arbres de la défense, de la défense du patrimoine, de la défense de son vallon du Restic, menacé gravement de disparaître, urbanisation oblige. Les marcheurs, une bonne centaine, ont pu assister à la mise en terre de ces deux arbres. Il y avait un “ginkgo biloba” et un pommier. Sait-on que le ginkgo est l’arbre le plus résistant de la planète ? C’est le seul qui a survécu à la bombe atomique d’Hiroshima. Sait-on qu’il est aussi l’arbre le plus vieux au monde ? Eh oui, son espèce est contemporaine du dinosaure. Quasiment inconnu en France, ce bel arbre aux feuilles en éventail est un arbre sacré dans la plupart des pays d’Extrême-Orient qui voient en lui le double principe de la vie : le yin et le yang, c’est-à-dire le plus et le moins, le féminin et le masculin car il y a des plants mâles et d’autres femelles.

Quant au pommier, direz-vous, nul besoin de présenter, surtout en Bretagne, un plant aussi ordinaire. Pas du tout. Sa valeur symbolique ne le cède en rien à son voisin. Rappelez vous le paradis terrestre, le serpent tentateur, Ève séduite qui refile à son compagnon une pomme : la pomme d’Adam. Ceci c’est pour les chrétiens. Nos ancêtres celtes avaient un autre paradis ; il n’est pas dans les cieux mais sur l’eau, derrière l’horizon dans une île : l’île Fortunée, la terre des vivants, le Jardin des Pommiers. Et comment dit-on pomme en breton ? “Aval” et au pluriel “Avalou”. Le Jardin des Pommiers plus poétiquement c’est le Jardin d’Avalou Cela ne vous dit rien ?

Tous les arbres, Dieu merci, ne sont pas aussi symboliques. Revenons sur terre. Les Celtes, toujours eux, les considéraient comme des êtres humains. N’ont-ils pas comme nous une tête ? C’est leur faîte. Des membres supérieurs ? Ce sont leurs branches. Et leurs racines sont nos membres inférieurs. Entre le haut et le bas : le tronc. Parler est le propre de l’homme dit-on. Allons donc. Eux aussi savent le faire et mieux ils savent prier. Monsieur Leroux, un vieux de Lambé m’a  communiqué une prière, la prière d’un arbre de chez lui, mais ce pourrait être un arbre du Restic.

“Homme

Je suis la flamme de ton foyer dans la nuit hivernale

Et, au plus fort de l’été, l’ombre sur ton toit

Je suis le lit de ton sommeil, la charpente de ta maison

La table où poser ton pain, le mât pour ton navire

Je suis le manche de ta houe, la porte de ta cabane

Je suis le bois de ton berceau et celui de ton cercueil

Le matériau de tes œuvres et la parure de ton univers

Écoute ma prière : ne me détruis pas”

Dr H-J TURIER

Janvier 2010

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents

Toutes Les Photos